Quelques solutions se dessinent en matière de dépistage du cancer du sein à Genève. Jusqu'à fin 2004, une convention garantissait la gratuité du service aux Genevoises de 50 ans et plus. Le Conseil d'Etat genevois a décidé de la prolonger jusqu'au 31 décembre 2005.

Le litige qui oppose les assurances aux médecins radiologistes genevois et qui a empêché une reconduite de la convention est survenu à l'occasion de la publication de la nouvelle tarification médicale TarMed. En effet, le prix que facturent les médecins radiologistes genevois est largement supérieur au tarif proposé ainsi qu'à celui que pratiquent les autres cantons romands. Cette particularité genevoise est due au fait que les mammographies sont effectuées non pas dans les hôpitaux publics, mais dans des cliniques ou chez des médecins radiologues privés. Afin de tenir compte de ces circonstances, un ajustement de TarMed est attendu dans le courant du mois de juin. Cette nouvelle donne, ainsi que le délai supplémentaire d'une année accordé par le Conseil d'Etat genevois, devraient permettre aux parties concernées de s'accorder sur une nouvelle convention.

En Suisse, le coût d'une mammographie oscille entre zéro et quelques centaines de francs. Le prix varie en fonction du canton et du nombre de lectures qui sont faites de la mammographie. En règle générale, la patiente doit s'acquitter de la facture pour autant que ses frais précédents n'excèdent pas le montant de la franchise. Les femmes dès 50 ans profitent toutefois, grâce à LAMal, d'un remboursement hors franchise par les caisses d'assurance maladie pour autant que le canton de résidence soit doté d'un programme de dépistage. Cela signifie que 90% du prix de la mammographie est pris en charge par l'assurance.