Détention

Les députés fribourgeois veulent fermer une prison

Une majorité du Grand Conseil demande que le canton accélère le processus de déménagement de la Prison centrale. Vétuste, située au coeur de la vieille-ville, l'établissement est décrié depuis la spectaculaire évasion d'un dangereux assassin en septembre dernier

Les députés fribourgeois ne veulent plus de la Prison centrale. A l'initiative de la Commission de justice unanime, près de soixante d'entre eux, issus de tous les partis, ont signé un postulat demandant la fermeture du vénérable établissement niché au coeur de la Basse-Ville de Fribourg, ainsi que son remplacement par une nouvelle structure en dehors de la cité.

Ancien couvent

L'ancien Couvent des Augustins, transformé en 1850 en «maison de force», est aujourd'hui vétuste, la dernière rénovation datant de 1984. Sa position en milieu urbain pose également problème. Il n'est pas rare ainsi que, depuis leur fenêtre, les prisonniers invectivent le personnel féminin de l'unité d'accueil extra-scolaire qui a ouvert dans le bâtiment d'en face. Une situation jugée «inadmissible» par les députés. 

Surtout, d'important problèmes de sécurité ont été mis au jour lors de la spectaculaire et retentissante évasion de l'un des assassins de Frasses, le 2 septembre dernier. Condamné à la prison à vie en première instance pour avoir exécuté un homme en 2013, le tueur à gage kosovare a alors réussi à scier les barreaux de sa cellule avant de descendre le mur d'enceinte à l'aide de draps noués. Des mesures urgentes ont été prises depuis, comme la pose de rouleaux de fils barbelés tout autour de la prison. Insuffisantes pour les postulants. 

Manque de volonté politique

«Cette évasion a été un avertissement, confirme Nicolas Kolly, président de la Commission de justice. Mais cela fait longtemps que nous rendons attentif le Conseil d'Etat de l'urgence de la situation.» Le député UDC regrette un certain manque de volonté politique dans ce dossier. Il estime que la construction d'un nouvel établissement pénitentiaire, permettrait également de résoudre la question lancinante du manque de places. La Prison centrale -la seule du canton destinée à l’exécution de la détention avant jugement- ne peut pas être agrandie de par sa situation en pleine ville. 

A l'Etat de Fribourg, on se défend de tout attentisme. «Le projet de déménagement de la prison est déjà sur la table, relève Didier Page, secrétaire général adjoint de la Direction de la sécurité et de la justice (DSJ). Mais ce genre de processus prend du temps. Le postulat des députés vient plutôt nous conforter dans nos démarches.» L'un des scénarios étudiés consisterait à réaliser de nouvelles installations sur le site des Etablissements pénitentiaires de Bellechasse, dans le Vully, ce qui offrirait l'avantage de tout centraliser en un lieu unique.

Publicité