Le Conseil fédéral doit garder toute latitude en matière de programmes d’armement. Par 10 voix contre 1, la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats refuse de brusquer le gouvernement. Elle appelle le plénum à rejeter une motion du National visant un budget militaire à 5 milliards.

Le texte réclame en fait un programme d’armement «plus» d’ici fin février pour combler les «lacunes criantes» en matière d’équipement. Il a été lancé après que le Conseil fédéral a refusé d’accorder au Département fédéral de la défense les millions économisés par le refus de l’achat de 22 avions de combat Gripen.

Quelque 300 millions de francs par an étaient réservés pour le jet dans le budget de 2014 à 2016. Après l’échec du Gripen en votation le 18 mai, le gouvernement a attribué la somme, environ 800 millions de francs, aux autres départements. Cette décision n’a pas plus à la majorité de droite du National, adepte d’un budget militaire de 5 milliards par an.

Il n’existe aucun projet d’armement assez mûr pour engager à court terme des millions, a fait valoir en vain le ministre de la défense Ueli Maurer devant la Chambre du peuple. Pour le gouvernement, l’armée devrait se contenter à terme d’une enveloppe annuelle de 4,875 milliards.

Dans un communiqué publié mardi, la commission du Conseil des Etats entend miser sur ce plafond des dépenses pour agir. Elle estime que le renouvellement du matériel de l’armée doit passer par le biais des programmes d’armement annuels ordinaires. Libre toutefois au gouvernement de venir avec un programme additionnel s’il le juge opportun et au moment où les projets seront arrivés à maturité.