Avant les explosions qui ont secoué l’aéroport de Bruxelles, le dernier avion à s’être posé venait de Genève. «Mais apparemment il n’y avait aucun lien entre ce vol et les explosions qui lui font suite, déclare Bertrand Stämpfli, porte-parole de Genève aéroport. Il n’y a eu aucun danger pour les passagers.»

Un autre vol en provenance de Genève avec pour destination Bruxelles a dû faire demi-tour, après la fermeture de l’aéroport de Bruxelles Zaventem. Il s’est posé à neuf heures à Genève. A bord se trouvait notamment Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse.

Les autorités aéroportuaires genevoises sont actuellement en séance de crise avec la police, afin de voir s’il convient d’intensifier le dispositif de sécurité. «Pour le moment, la montée en puissance du dispositif n’est pas visible et n’a pas d’impact sur les passagers», explique Bertrand Stämpfli.

Tous les vols vers Bruxelles ont été annulés, alors que les autres ne sont pas concernés.

Lire notre fil d’actualité: Attentat suicide à l’aéroport de Bruxelles, au moins 13 morts et 35 blessés