Les élections fédérales de 2007 avaient marqué, à travers trois ministres cantonaux romands, le retour du double mandat, une pratique qui semblait pourtant tombée en désuétude dans les mœurs politiques helvétiques. Visiblement, les électeurs ne trouvent rien à redire à un appétit de pouvoir très controversé dans la classe politique.

Mais le retour des cumulards n'aura été que de courte durée. La libérale Sylvie Perrinjaquet choisit Berne, en admettant qu'elle n'est plus qu'à 50% à Neuchâtel. Le PDC valaisan Jean-René Fournier et le Vert genevois Robert Cramer n'ont encore jamais eu un tel élan de franchise, mais tous deux renoncent à solliciter un nouveau mandat gouvernemental lors des élections qui se tiendront l'année prochaine dans leurs deux cantons.

Reste le cas du double mandat des parlementaires fédéraux exerçant des charges municipales à la tête de leur ville. Il y en a un certain nombre sous la Coupole, mais ce cumul n'est pas non plus de tout repos. Le syndic de Montreux et celui de Bulle ont jeté l'éponge. Le Lausannois Daniel Brélaz sera-t-il le dernier des cumulards?