«Mes chances de réélection? Si vous lisez la presse, elles sont nulles!» A l’allant et au mordant, pas de doute: Pierre Maudet est de retour. Le paria du Conseil d’Etat genevois, démissionnaire mais toujours là jusqu’au verdict des urnes, privé de département, exclu du PLR, et dans quelques jours face à ses juges au Tribunal, est manifestement en jambes pour affronter ce qu’il considère comme sa destinée singulière: une réélection, what else?

Il n’y a guère que lui-même pour y croire, au vu de la lassitude provoquée par la saga politico-judiciaire qui aura usé le canton, divisé son parti, affaibli le Conseil d’Etat et sidéré la Suisse entière. Bien sûr, Pierre Maudet peut compter sur ses soutiens de toujours depuis le début de ses déboires, ainsi que sur les anti-libéraux qui n’ont pas digéré la fusion – dont certains sont à la base de la création d’Elan radical, nouveau parti. Sa liste de cent signatures déposée au Service des élections et votations comporte des actuels élus PLR, comme le député Charles Selleger, l’élue municipale PLR Patricia Richard, la conseillère municipale en ville de Genève Florence Kraft-Babel, mais aussi des ex-députés ou à la retraite, de son ancien parti mais pas seulement, à l’instar de Magali Orsini, ex-députée d’Ensemble à gauche. De là à réaliser un score canon, c’est une autre affaire. Une chose est sûre: ce premier tour permettra enfin de mesurer le soutien populaire dont bénéficie réellement le ministre réprouvé.