C’est une survivance d’une autre époque dont Genève pourrait se débarrasser, le 28 novembre prochain: la rente à vie des conseillers d’Etat, sur laquelle le peuple doit se prononcer. La plupart des cantons ne la connaissent plus, d’ailleurs, depuis que la politique séduit aussi les jeunes. En outre, cette pratique n’est plus conforme à la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP). Mais à Genève, rien n’est simple et cette question, sous forme d’une initiative et d’un contre-projet, a tout de l’embrouille décourageante. Tentons d’y voir clair.