Assis en cercle, jambes et bras entremêlés, huit participants s’essaient à la technique de blocage en formation dite de la «tortue». L’ambiance est conviviale. Puis, comme dans la réalité, les forces de l’ordre arrivent. Joués par deux volontaires, les «policiers» vont essayer de séparer la masse humaine pour arrêter les «Rebels». Chacun s’accroche de toutes ses forces à son voisin mais, rapidement, un premier militant est emmené. Vite, la tortue doit se reformer. Les rires fusent dans la salle. Dimanche 16 août, il est 16h. Treize participants s’apprêtent à achever leur première formation de désobéissance civile donnée par l’organisation Extinction Rebellion (XR). Dans une heure, ils sauront presque tout du mouvement qui a animé les manifestations pour le climat dans les rues suisses depuis 2019.

«Hé, les chatouilles c’est de la triche!» s’écrie une participante qui lâche prise. L’amusement tourne court: «Légalement, les chatouillements sont considérés comme une forme d’attouchement sexuel. Si un policier essaie de vous en faire, il faut le signaler à ses responsables.» L’intervention de Gaëlle, la formatrice, rappelle que ce moment de détente et de rigolade, c’est un aperçu de la «vraie vie». Et que les affrontements entre police et militants sont loin d’être un jeu.