Tessin 

Le destin de l’aéroport de Lugano est suspendu à un fil

L’aéroport régional vit les heures les plus incertaines de son histoire. Sans une recapitalisation d’ici à la fin de l’année, il devra déposer son bilan

Un ancien pilote, président d’une société italienne active dans l’aviation civile, est prêt à mettre en service «une compagnie d’aviation assurant les vols depuis Lugano vers Genève, Rome et Londres, dans les six mois». C’est ce que rapportait vendredi Il Corriere del Ticino. Que ce projet soit réaliste ou non, ses défenseurs aimeraient tellement y croire car la crise que vit l’aéroport de Lugano se poursuit. Sa survie n’a jamais été aussi compromise.

Une série d’épisodes récents ont fait que la foi en sa réanimation s’est tiédie, même chez certains de ses plus ardents supporters. Début août, le directeur général de Swiss, Thomas Klühr, faisait valoir que si le chemin de fer devenait une alternative viable aux vols intérieurs, la liaison Lugano-Zurich, desservie par le transporteur national, pourrait être interrompue.