Sans surprise, la Chambre d'accusation a prolongé mardi de trois mois la détention préventive de Cécile B., inculpée d'assassinat pour avoir abattu le financier Edouard Stern. L'audience s'est déroulée à huis clos, en l'absence de la maîtresse du banquier, et n'a pas duré plus de trois minutes.

Les juges se sont rapidement ralliés à la thèse selon laquelle les faits sont indiscutablement graves, qu'il faut encore investiguer sur les circonstances exactes du crime, sur les relations personnelles qui unissaient le financier et cette Française de 36 ans, ainsi que sur les mobiles qui ont poussé cette dernière à le tuer. Ils ont également retenu un risque de collusion avec d'autres témoins, notamment la famille de l'inculpée et son ami le docteur de Montreux, chez qui elle logeait lors de ses visites en Suisse. L'avocat de la partie civile ne s'est pas déplacé pour l'audience. Du côté de la défense, Me Pascal Maurer n'a opposé aucune réserve au maintien en détention.