Prises de position

Deux anciennes conseillères fédérales soutiennent la réforme des retraites, les Jeunes PLR la rejettent 

Conflit de générations? Ruth Dreifuss et Eveline Widmer-Schlump appuient la réforme de la prévoyance. Les Jeunes libéraux-radicaux disent non ainsi qu'à la stratégie énergétique 2050 

Tandis que les délégués du parti socialiste préfèrent demander leur avis aux membres, les Jeunes libéraux-radicaux suisses, réunis ce week-end à Lausanne en congrès, se sont prononcés contre la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. L'objet sera soumis au vote le 24 septembre. Les Jeunes PLR s'opposent aussi à la stratégie énergétique 2050, soumise au vote le 21 mai, alors que le PLR suisse avait adopté de justesse un mot d'ordre positif sur ce dossier. Pour les Jeunes PLR en revanche, c'est un «désastre d'économie planifiée» assorti de «mesures de contraintes».

Le soutien de Ruth Dreifuss et d'Eveline Widmer-Schlumpf

Par ailleurs, la réforme de la prévoyance vieillesse a reçu le soutien de deux ex-conseillères fédérales ce week-end. Ruth Dreifuss, qui avait mis sur les rails en 1995 la dernière révision de l'AVS, s'est exprimée devant les délégués du PS et Eveline Widmer-Schlumpf a précisé dans les médias ses craintes face à un «non» le 24 septembre.

A lire aussi: Réforme Berset: les délégués du PS veulent un vote général

«Dans une position de force, nous pouvons actuellement encore choisir une alternative. Nous ne savons en revanche pas aujourd'hui si tel sera toujours le cas dans quelques années», a déclaré l'ex-ministre PBD dans des interviews au téléjournal de la SRF et au SonntagsBlick. Et Eveline Widmer-Schlumpf d'en appeler à la solidarité entre générations.

Pro Senectute, à la tête de laquelle la Grisonne a été élue samedi, contribue justement à cette solidarité, a fait valoir devant son assemblée l'actuel ministre des affaires sociales Alain Berset. L'organisation, qui fête ses 100 ans cette année, s'est déjà engagée en faveur de la réforme 2020.

«Les scrupules de certains syndicats romands risquent de ne faire que le jeu de la droite», a déclaré Ruth Dreifuss.  

Publicité