Le Conseil d'Etat neuchâtelois restera-t-il à gauche ou passera-t-il à droite? Le suspens est total. Et deux blocs composés chacun de trois candidats s'affronteront.

Le socialiste Frédéric Mairy a joué un rôle clé en annonçant lundi après-midi qu'il se retirait de la course. Arrivé en 6e position après le premier tour, le conseiller communal de Val-de-Travers a décidé d'abandonner: «Si, à titre personnel, je me réjouis de la confiance que m’a accordée la population neuchâteloise, j’estime que le poids du PSN au Grand Conseil ne légitime plus le maintien de trois sièges socialistes au gouvernement, quand bien même l’électorat a montré son attachement à une certaine continuité au sein de celui-ci.»

A lire aussi: A Neuchâtel, la majorité de gauche vacille

Conséquence de ce retrait, les deux formations de gauche ont annoncé lundi en fin de soirée qu'elles présentaient: «une liste de gauche plurielle pour une relance solidaire et écologique. » Ses trois candidats seront le socialiste sortant Laurent Kurth, l'ancienne présidente du PS Florence Nater, ainsi que conseiller communal vert de Val-de-Ruz, Roby Tschopp. Au PS, certains estimaient que c’est l’écologiste qui aurait dû se retirer car il n’avait terminé que 7e dimanche. Mais l’excellent résultat des Vert·e·s au Grand Conseil, qui comptent désormais 19 députés, a fait pencher la balance. Partis en ordre dispersés, les cousins s'unissent pour ce second tour qui aura lieu le 9 mai et tenteront de faire fi des tensions ressenties durant la campagne.

A lire également: Les femmes deviennent majoritaires au Grand Conseil neuchâtelois

Vert.e.s et Socialistes ont aussi annoncé que cette alliance s'inscrivait: «dans une collaboration intensifiée entre les deux partis pour la prochaine législature à travers un accord de partenariat tourné vers l'ensemble de la gauche.» 

Trois candidats PLR

L’enjeu est de taille pour la gauche, qui a déjà perdu dimanche la majorité au parlement, composé désormais de 52 élus de droite contre 48 de gauche. Au Conseil d’Etat, un tel renversement est également possible. Les PLR sortants Alain Ribaux et Laurent Favre ont en effet terminé aux deux premières places et la jeune Chaux-de-fonnière Crystel Graf a créé la surprise en se classant 5e. Lors de leur assemblée de lundi soir, les libéraux-radicaux ont, comme prévu, plébiscité ce ticket à trois. «C'est un ticket équilibré et représentatif des différentes régions du canton», s'est réjoui le PLR. Il a aussi rappelé qu'après avoir élu un parlement majoritairement féminin - une première suisse - la population avait l'opportunité d'élire une femme de droite au gouvernement.

Deux blocs de trois candidats s'affronteront le 9 mai. Les autres formations ont en effet décidé de ne pas se présenter au second tour. Le POP soutiendra la liste rose-verte, tandis que l'UDC sera du côté du PLR. Le Centre ne donne aucun mot d'ordre. Petite surprise du côté des vert'libéraux. Ils retirent leurs deux candidates, mais appellent à voter pour une seule personne: Roby Tschopp. «Fort de son expérience dans un exécutif d’une des plus grandes communes du canton, et faisant montre d’un profil modéré, objectivement proche des valeurs défendues par les vert’libéraux, Roby Tschopp doit avoir sa place au sein du prochain exécutif », écrit ce mardi matin le pvl. Un soutien bien venu pour l'écologiste. La 5e place au gouvernement devrait en effet se jouer entre lui et la PLR Crystel Graf. 

A lire aussi: Quand la vague bleue rejoint la vague violette: la surprise neuchâteloise