C'était à Engiloch, au Simplon, entre le col et Simplon Village, sur le versant sud, hier vers 15 h 40: un avion de tourisme, un monomoteur à hélices s'écrase. Un témoin, habitant de la région, l'a vu connaître des difficultés, effectuer des vrilles et a donné l'alerte.

La police annonçait d'abord que «plusieurs occupants» avaient probablement perdu la vie dans le crash. Puis qu'il n'y avait aucun survivant sans que puisse être établi avec certitude le nombre exact de victimes: trois ou quatre. Enfin, en début de soirée, la police indiquait que le monomoteur avait à son bord quatre occupants.

Victimes non identifiées

Même flou s'agissant de la provenance de l'avion et sa destination ainsi que de l'identité des victimes. Tout juste, un peu plus tard, apprenait-on que l'appareil, immatriculé en République tchèque, avait décollé de Locarno à 14 h 52 à destination de Friedrichshafen en Allemagne.

Désincarcérées de la carlingue, les victimes n'avaient, en revanche, pas encore été identifiées en début de soirée.

Un endroit dangereux

Un autre crash, qui s'est produit hier également dans les montagnes du Haut-Valais, plus tôt dans la journée, pourrait donner un indice: parti de Rarogne, un petit appareil piloté par un Danois de 60 ans, qui l'avait assemblé lui-même, s'est écrasé dans la région de la Furka. Le pilote s'en est sorti avec une jambe cassée et des contusions. «Un miracle», selon le bureau d'enquête de l'aviation fédérale.

Des déclarations de l'homme à la police, il ressortirait que si la visibilité était bonne, un fort vent rabattant aurait provoqué de violentes perturbations ayant entraîné le crash. Une cause qui pourrait valoir aussi pour l'accident du Simplon, d'autant que l'endroit a mauvaise réputation chez les professionnels, notamment en raison de ses forts courants descendants. A moins que la fameuse loi des séries n'explique cette sinistre coïncidence.