De la rémunération des agriculteurs aux sommes affichées dans les supermarchés, on sait que la trajectoire d’un prix de vente est tout sauf rectiligne et transparente. En juin dernier, Le Temps publiait une enquête qui permettait de lever le voile sur le secret commercial ultime qu’est la marge des grands distributeurs suisses. Il devenait soudainement plus facile de recomposer les éléments qui constituent le prix final. Le travail de notre journal est cité dans l’initiative parlementaire que vient de déposer la conseillère nationale verte genevoise, Isabelle Pasquier-Eichenberger, «Pour un Observatoire des prix efficace dans les filières agroalimentaires».