Nouvelle mobilisation de régions pour le financement des transports publics. Dans une semaine, la commission concernée des Etats étudiera le projet du Conseil fédéral sur le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire, dit FAIF. En jeu, 3,5 milliards de francs à l’horizon 2025. Ce jeudi, les cantons de Genève et Vaud, sous la bannière de la métropole lémanique, réclament de pousser le cursus à 6 milliards de francs. Ils plaident pour l’extension de la gare de Cornavin – liée à la future troisième voie Lausanne-Genève – ainsi que le «développement» de la gare de Cointrin «à moyen terme». Les ministres lémaniques jugent qu’il s’agit de «rétablir un équilibre régional», arguant du fait que «ces 30 dernières années, seulement 26% des sommes engagées par la Confédération ont profité à la Suisse occidentale, alors que la région représente près de 40% de la population et du territoire suisse».

De leur côté, quinze cantons alémaniques dont Zurich, Argovie ainsi que ceux de Suisse centrale et orientale demandent au Conseil fédéral de modifier le FAIF, relate l’ATS. Seul un sixième des montants alloués au projet va à la Suisse centrale et orientale ainsi qu’à Zurich et Argovie, alors que la moitié de la population suisse vit dans ces régions, selon la nouvelle «Allianz Bahnausbau», qui s’exprimait jeudi à Zurich.Celle-ci réclame notamment la construction du tunnel de Brütten, près de Winterthour dans le canton de Zurich, d’un second tube au Zimmerberg, entre Zurich et Zoug, et du tunnel du Chestenberg, en Argovie.