Le Temps: Pourquoi êtes-vous favorable à un abaissement de l'âge du droit de vote?

Pierre Mauron: Il n'existe aucune raison d'être contre. Je ne vois en tout cas aucun argument convaincant. En revanche, je vois de nombreux avantages à abaisser le droit de vote à 16 ans. De manière générale, cela permet de tisser un lien solide entre la fin de l'école obligatoire et l'entrée dans la vie active. Les jeunes arrivent dans le monde professionnel, ils doivent subitement payer des impôts, ils devraient aussi pourvoir s'exprimer sur le plan politique. Dans le canton de Fribourg, la population est jeune. 33% des habitants a moins de 25 ans. Abaisser le droit de vote signifierait qu'on tient plus compte des aspirations des jeunes.

- N'est-ce pas trop jeune? A cet âge, nombre d'individus sont encore lovés dans le cocon familial.

- Non. C'est peut-être vrai pour certains, mais il ne faut pas généraliser. Je pense qu'on va dans le sens d'une responsabilisation grandissante de la jeunesse. Accorder le droit de vote à 16 ans s'inscrit dans ce cadre. Je signale en outre que les jeunes recevraient un droit, et non une obligation. S'ils devaient se sentir dépassés par la portée de leur acte, personne ne va les forcer à glisser un bulletin dans l'urne.

- Comment être sûr qu'un jeune de 16 ans soit assez mûr pour voter sur un sujet compliqué comme la péréquation financière, par exemple?

- Je pose une autre question: comment être sûr qu'un père de famille de 40 ans dispose des connaissances idoines pour s'exprimer sur ce genre d'objet... Le but est d'intégrer des citoyens plus jeunes à l'exercice des droits populaires. Il est clair que certains thèmes nécessitent de s'informer au préalable pour pouvoir s'exprimer. Quel que soit l'âge du votant.

- L'Autriche a accordé le droit de vote à 16 ans. Lors des récentes législatives, les jeunes électeurs ont apparemment massivement voté pour l'extrême droite. N'avez-vous pas le sentiment d'œuvrer contre vos propres intérêts?

- Je ne suis pas sûr, il est vrai, que les 15-20 ans aient une sensibilité politique majoritairement de gauche... Cela dit, nous n'œuvrons pas pour notre parti, mais pour l'intérêt commun. Nous défendons un idéal de responsabilisation du citoyen, lequel passe par un abaissement de l'âge du droit de vote.