Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Accompagné de son épouse Friedrun Sabine, Didier Burkhalter a fait ses adieux en octobre dernier. (Keystone)

Biographie

Didier Burkhalter, entre humanisme ouvert et jardin secret

Etabli à Berlin, le journaliste José Ribeaud publie un livre d'entretiens avec l'ancien conseiller fédéral. Il a été séduit par son humanisme et ses convictions. Mais il n'explore guère son jardin secret

José Ribeaud ne s’en cache pas: il est tombé sous le charme de Didier Burkhalter à Berlin. Il évoque deux visites. Le 18 février 2014, neuf jours après l’adoption de l’initiative sur l’immigration, celui qui dirige la diplomatie suisse vient expliquer le vote à Angela Merkel. Il est alors coiffé de sa double casquette de président de la Confédération et de l’OSCE, ce qui lui vaudra d’être nommé «personnalité suisse de l’année 2014». «Notre ministre des AE avait fait grande impression par ses réponses claires et concises en différentes langues, en présence d’une chancelière visiblement sous le charme de son sémillant et chaleureux visiteur», écrit l’ancien présentateur du téléjournal et rédacteur en chef de La Liberté, âgé de 83 ans, dans le livre qu’il publie aux Editions Alphil*.

La deuxième visite date du 6 avril 2016. Ce jour-là, après une rencontre avec son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, Didier Burkhalter emmène José Ribeaud dans Berlin, où ce dernier vit depuis de nombreuses années. Le charme opère. L’idée d’un récit-entretien germera un an plus tard, juste après l’annonce de la démission du Neuchâtelois en juin 2017. Un éditorialiste écrit: «Quelles que soient ses motivations personnelles, elles ne dédouanent pas Didier Burkhalter de son devoir de bilan.» Déjà auteur d’une biographie de Kurt Furgler en 1986 et d’un dialogue avec Flavio Cotti en 1992, José Ribeaud ressent alors l’envie de faire ce bilan avec lui. Il le contacte par courriel pour lui proposer une «interview en plusieurs séances».

150 à 200 e-mails

Parce qu’il a décidé de tourner définitivement la page de la politique, Didier Burkhalter hésite. Il finit par accepter. Mais, fidèle à ses principes, il fixe le cadre de cet entretien: «Il s’agit, dans son esprit, d’une contribution constructive au débat public sur la politique extérieure de la Suisse en général, sur nos relations avec l’UE en particulier», témoigne José Ribeaud. L’essentiel de l’interview se fait par échange d’e-mails, entre 150 et 200. La construction du livre est enrichie par des discussions téléphoniques, dont une de deux heures, et une rencontre chez l’éditeur.

Il s’agit, dans son esprit, d’une contribution constructive au débat public sur la politique extérieure de la Suisse en général, sur nos relations avec l’UE en particulier

José Ribeaud

José Ribeaud avoue avoir eu un «parti pris favorable», convaincu que la conclusion d’un accord institutionnel est la seule solution pour consolider durablement les relations bilatérales entre la Suisse et l’UE. La justification de cet accord et du recours à la Cour de justice de l’UE (CJUE) occupe d’ailleurs une large part de l’ouvrage. Didier Burkhalter évoque longuement les arguments qui justifiaient cette solution, une solution qui a provoqué des résistances au sein même du gouvernement. Ce généreux volet européen a cependant quelque chose d’éphémère, puisque, au moment de la sortie du livre, le Conseil fédéral a repris le dossier en nuançant les objectifs visés.

Une communication pleine de retenue

José Ribeaud vante les qualités qu’il a décelées chez Didier Burkhalter: sa modestie, sa loyauté envers les institutions, son sens du compromis, sa capacité de médiateur, ses fortes convictions, son optimisme, son intégrité, sa volonté de discrétion «nécessaire en diplomatie», son «refus de ruser, de marchander, de manigancer», ce qui lui a valu d’être «dans le collimateur de la droite économique et politique». Il n’insiste pas assez sur le fait que, doublés d’un tempérament plutôt individualiste, ces traits de caractère l’ont pénalisé sur un aspect pourtant essentiel de la réussite politique: la communication. La retenue de Didier Burkhalter sur ce plan lui a été souvent reprochée, notamment dans son parti. Si José Ribeaud évoque, dans son introduction, les tourments et désaccords – sur l’égalité salariale ou les exportations d’armes – qui ont pesé sur sa décision de se retirer, l’entretien n’apporte aucun éclairage nouveau à ce sujet.

L’auteur détaille les valeurs humanistes que Didier Burkhalter compte transmettre par sa nouvelle carrière d’écrivain. La couverture du livre montre le Neuchâtelois en compagnie d’un enfant libanais: elle fait écho à celle d’Enfance de terre, recueil de récits basés sur des rencontres faites avec des enfants publié moins de deux mois après son départ du gouvernement (un deuxième ouvrage a suivi en février). Dans l’entretien, Didier Burkhalter développe son envie d’aider les jeunes: il revendique des réseaux d’universités et de cours en ligne «pouvant atteindre les plus talentueux, même s’ils sont pauvres».

Lire aussi: Didier Burkhalter, servir et faire paraître

La volonté de clore le chapitre politique de son existence est très présente dans l’entretien. Didier Burkhalter évoque plusieurs fois le «besoin et l’envie d’écrire une autre page de ma vie», le lien entre ces deux époques restant sa fidèle épouse Friedrun Sabine, «toute ma vie». Il se livre en revanche peu sur ses doutes intérieurs et ses modèles. On sait qu’il avait sérieusement hésité à lancer sa candidature pour succéder à Pascal Couchepin en 2009. Selon José Ribeaud, ses hésitations s’expliqueraient par le souci de ne pas barrer la route à une candidature tessinoise. La réalité est plus complexe, mais on n’en apprend pas davantage. Et l’on aurait aimé qu’il s’ouvrît sur les rencontres qui l’ont marqué. Cela restera confiné dans son jardin secret, car il ne voudrait pas «fragiliser la diplomatie suisse».

*«Didier Burkhalter, humaniste et homme de convictions», par José Ribeaud, 256 pages, Editions Alphil, mars 2018.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a