Succession

Didier Burkhalter passe le témoin à Ignazio Cassis

Lors d'une Assemblée du parti PLR à Engelberg, les deux hommes se sont rendus des hommages mutuels. L'occasion aussi pour le futur ministre de revenir sur la polémique entourant son adhésion éphémère à Pro Tell juste avant son élection

Le PLR a célébré samedi avec émotion le passage de témoin entre Didier Burkhalter et Ignazio Cassis au Conseil fédéral, placé sous le signe de la responsabilité. Le premier a reçu un hommage appuyé et le second s'est défendu sur son adhésion éphémère à Pro Tell.

Devant les délégués du parti réunis à Engelberg (OW), Didier Burkhalter a remercié le PLR pour son soutien, sa «critique constructive» et son respect de l'indépendance du Conseil fédéral, «indispensable pour le travail gouvernemental». Il a appelé les libéraux-radicaux à continuer à porter un message de liberté et de respect des minorités.

Ecouter son coeur

Passant en revue les moments forts de son mandat, le ministre des affaires étrangères a appelé les membres de son parti à écouter leur coeur malgré la dureté de la politique. «Chacun dans notre rôle de citoyen ou d'élu, de personne engagée dans le pays ou au-delà, dans la politique ou dans l'économie, nous tous, nous pouvons faire une différence», a soutenu le Neuchâtelois.

Vantant les mérites d'une voie bilatérale rénovée avec l'Union européenne, le chef de la diplomatie a aussi appelé à s'engager en faveur des droits de l'homme, de l'Etat de droit et de la démocratie dans le monde. Didier Burkhalter a été longuement ovationné.

Emotions

Avant lui, son successeur Ignazio Cassis s'est fendu d'un hommage pour son prédécesseur. «Didier Burkhalter nous a montré la voie avec humour et responsabilité sur la scène internationale. Il a noué des milliers de contacts dans le monde entier, dans l'intérêt de la Suisse», a déclaré le Tessinois, convaincu que la Suisse a tous les atouts pour avoir du succès aussi à l'avenir.

Emu aux larmes par l'hommage vidéo que lui a rendu son parti pour célébrer son élection au Conseil fédéral, Ignazio Cassis a également tenu à revenir sur la polémique entourant son adhésion éphémère à Pro Tell juste avant son élection. Le futur ministre s'est retiré la semaine dernière de l'organisation favorable à la libre détention d'armes.

Pour Schengen et les armes

Le futur ministre a rappelé que son adhésion avait été évoquée dans une interview passée inaperçue avant l'élection au Conseil fédéral. Ignazio Cassis a déploré que l'on ait voulu instrumentaliser sa personne en faveur d'une sortie de l'espace Schengen. «Je soutiens à la fois les accords de Schengen et une législation libérale sur les armes.»

Lire aussi: Ignazio Cassis, le pistolero

Pro Tell combat tout durcissement de la réglementation sur les armes à feu et se positionne ainsi contre la législation de l'Union européenne qui doit entrer en vigueur d'ici fin 2019. Elle a annoncé le lancement d'un référendum si la Suisse reprend entièrement les nouvelles réglementations européennes.

Publicité