Carnet noir

Dieter Bührle, le sulfureux ancien patron d’Oerlikon-Bührle, est décédé

Dieter Bührle, ancien patron du groupe industriel zurichois Oerlikon-Bührle – à l’origine de l’actuelle firme OC Oerlikon –, s’est éteint vendredi passé à l’âge de 90 ans. Il avait repris de son père la direction de la société en 1956 pour un long règne de 34 ans

Dieter Bührle est décédé auprès de sa famille, a annoncé lundi la famille Anda-Bührle dans un communiqué. Né le 31 décembre 1921 à Ilsenburg/Harz, en Allemagne, il avait rejoint Zurich avec sa famille en 1924, pour y étudier plus tard le droit. Son père Emil Georg avait été envoyé dans la banlieue zurichoise pour diriger l’entreprise Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon, société fondée en 1906.

Seul fils d’Emil Georg, il entre dans le groupe qui produit alors des armes, dont notamment un canon antiaérien léger de 20 mm. Reprenant la planification à l’étranger, Dieter Bührle va installer de nouvelles usines en Inde et en Egypte. A la mort de son père en 1956, il passe de la vice-direction à la tête du groupe, alors qu’il n’est âgé que de 35 ans.

Les activités du groupe, alors essentiellement orienté sur l’armement, l’ont souvent confronté à de vives critiques. Et l’entreprise, qui prendra après la Seconde Guerre mondiale la raison sociale d’Oerlikon-Bührle Holding (OBH), s’appuiera encore longtemps sur ce secteur.

Prison avec sursis

En 1970, Dieter Bührle écopera même d’une peine de prison assortie du sursis et d’une amende, l’entreprise qu’il dirige ayant exporté illégalement des armes vers l’Afrique du Sud en 1963 et le Nigeria en 1967. A partir de 1977, OBH va toutefois entamer sa diversification en reprenant à Werner K. Rey le fabricant de chaussures et de maroquinerie Bally.

Le groupe va aussi s’implanter dans le domaine des techniques du vide avec la société liechtensteinoise Balzers, ainsi que dans l’assurance (Limmat-Versicherung) et l’hôtellerie (Hotel Zurich). D’un autre côté, OBH va se séparer d’une grande partie de ses activités dans les machines-outils.

Mais le groupe va commencer à vivre des heures difficiles à la fin des années 80, perdant notamment beaucoup d’argent dans le développement d’un système de Défense contre avions (DCA), lequel ne rencontrera pas le succès commercial escompté.

Pour Dieter Bührle, l’heure de la retraite sonne en 1990, après 34 années passées à diriger le groupe, devenu un vaste conglomérat. Agé alors de 69 ans, Dieter Bührle considérera son retrait comme une défaite personnelle. Il mettra à profit cette période pour effectuer de nombreux voyages ainsi que pour consacrer du temps à sa famille et à son vignoble toscan, selon le communiqué.

Publicité