Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’humoriste Dieudonné lors de son procès pour apologie d’actes de terrorisme à Paris, le 4 février 2015.
© IAN LANGSDON / EPA

Spectacle

Dieudonné se replie à Fontainemelon

Le sulfureux humoriste revient jouer ce week-end dans le village neuchâtelois, où il a pris ses habitudes. Comme à chaque fois, sa présence crispe

Fontainemelon, paisible village neuchâtelois du Val-de-Ruz posé le long de la route qui mène à La Vue-des-Alpes. Une quiétude aujourd’hui bouleversée par la venue, ce week-end, du sulfureux humoriste français Dieudonné. Dans la salle de spectacle – son unique représentation pour l’heure prévue en Suisse –, l’artiste présentera son nouveau one-man-show, intitulé La Guerre. La présence du polémiste représente un petit événement pour ses fans, mais fait grincer des dents. Condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine et propos antisémites, l’homme ne fait de loin pas rire tout le monde.

Police «attentive»

«Son public n’est plus constitué de personnes désireuses d’assister à un spectacle d’humour, mais de militants venus écouter un prêcheur qui a fait de l’antisémitisme son fonds de commerce», s’insurge Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (Cicad). Des membres de l’organisation seront présents à Fontainemelon pour s’assurer que le comique ne dérape pas. Avertie, la police cantonale neuchâteloise restera également «attentive», selon le terme de son porte-parole, Charles-Louis Rochaix, même si elle ne craint pas de débordement.

Le choix du village des montagnes neuchâteloises peut néanmoins surprendre pour un artiste qui vient de se produire à Paris et qui s’en ira ensuite à Lille. Dieudonné s’en est expliqué dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux: «Beaucoup me demandent pourquoi je ne joue pas à Genève. Vous le savez bien… En Suisse comme partout ailleurs, il existe des groupes de pression extrêmement puissants qui veulent me faire interdire.»

Lire aussi: Dans la dieudosphère suisse

C’est vrai que nous évitons Genève, où Dieudonné est clairement censuré. Mais le choix du canton de Neuchâtel est avant tout commercial

Plutôt discret, l’organisateur de ses spectacles en Suisse tempère. «C’est vrai que nous évitons Genève, où Dieudonné est clairement censuré. Mais le choix du canton de Neuchâtel est avant tout commercial. C’est dans cette région, entre Bienne et Yverdon, mais aussi du côté d’Estavayer, qu’il a son public et que nous recevons le plus de demandes.»

Ce n’est ainsi pas la première fois que l’humoriste se produit à Fontainemelon. En 2006, déjà, il y avait trouvé refuge après avoir été déprogrammé quelques mois auparavant au Casino-Théâtre du Locle. Dieudonné reviendra ensuite au Val-de-Ruz début 2015. La situation est alors explosive. Dans une France traumatisée par l’attentat de Charlie Hebdo, le comique suscite un scandale monstre avec son expression «Je me sens Charlie Coulibaly», en référence à l’un des terroristes.

Spectacle autorisé

«Nous ne savions à l’époque pas trop quoi faire, se souvient Anne-Christine Pellissier, membre de l’exécutif de Val-de-Ruz, qui se serait bien passé d’une telle publicité. Nous avions fini par autoriser le spectacle. Que ce soit la loi, la jurisprudence du Tribunal fédéral ou le respect du principe de liberté d’expression, rien ne permet à des autorités de décider qui a le droit de louer une salle publique et qui ne l’a pas.» L’édile neuchâteloise rappelle que même en France, l’année passée, de grandes villes comme Grenoble et Marseille ont été déboutées par la justice après avoir tenté d’empêcher un spectacle de Dieudonné.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a