Diplomatie: un accident gênant

Argentine Le conjoint de l’ambassadeur renverse un jeune homme

Après la course-poursuite parisienne impliquant l’ambassadeur de Suisse à l’OCDE, Stefan Flückiger, en juin dernier, un nouvel incident routier vient embarrasser la diplomatie suisse. Le compagnon de l’ambassadeur de Suisse en Argentine, Johannes Matyassy, a renversé un jeune homme de 14 ans à Buenos Aires, alors qu’il conduisait une voiture munie de plaques diplomatiques.

Repérée par Le Matin dans la presse argentine, l’affaire remonte elle aussi à l’été 2013. Le 11 juin à 7h30, O., 28 ans, compagnon de Johannes Matyassy – les deux hommes sont pacsés –, était au volant d’une Volkswagen de l’ambassade quand il a percuté M., qui se rendait à l’école, relate le quotidien argentin Perfil . Selon la mère du jeune homme – qui a souffert de traumatismes au thorax et à la jambe gauche – le conducteur ne se serait pas arrêté immédiatement et conduisait en état d’ébriété. Aucun contrôle d’alcoolémie ne semble avoir eu lieu mais le rapport de police mentionne une «haleine alcoolisée», avance Perfil .

Immunité diplomatique

Interrogé par le journal argentin, Johannes Matyassy affirme, lui, que son conjoint s’est arrêté tout de suite et l’a appelé dans la foulée. Arrivé sur place, l’ambassadeur aurait alors informé sa hiérarchie qui aurait pris l’affaire en main: «La police était là, il y avait des doutes quant à la manière de procéder puisqu’un véhicule diplomatique était impliqué. Nos services ont appelé les autorités policières et leur ont expliqué comment procéder.» Interrogé, le porte-parole du DFAE, Jean-Marc Crevoisier, confirme que le département a été immédiatement alerté et précise que M. a été conduit à l’hôpital pour un examen ambulatoire, avant de regagner son domicile pour du repos.

La famille de M. demande un dédommagement. Une procédure est en cours. «Après une première discussion entre avocats qui n’a pas abouti, la famille du jeune homme a changé d’avocat et celui-ci relance l’affaire. On parle désormais d’alcool mais aucune prise de sang ne le corrobore», assure Jean-Marc Crevoisier. Lequel précise que le conjoint de l’ambassadeur bénéficie en principe de l’immunité diplomatique. Selon Perfil, la question de l’immunité devrait être tranchée par la Cour suprême de justice. «Quoi qu’il advienne, le conjoint de M. Matyassy se soumettra à la décision de la justice», assure Jean-Marc Crevoisier.