«Aujourd’hui, à Genève, on dénonce dans la presse une situation au sein d’un foyer où des enfants autistes ou porteurs d’autres handicaps subissent des maltraitances institutionnelles. Des enfants qui ont souffert, dans un silence assourdissant.» Suite à l’enquête du Temps parue vendredi dernier, faisant état de graves dysfonctionnements dans une structure gérée par l’Office médico-pédagogique (OMP), l’association Autisme Genève a pris position publiquement. Pour la directrice Elvira David Coppex, les familles sont les grandes oubliées du débat alors même qu’elles jouent un rôle clé. Au-delà du cas particulier du foyer, la prise en charge des jeunes autistes est, à ses yeux, loin d’être exemplaire; entre parents livrés à eux-mêmes, professionnels débordés ou mal formés et manque d’écoute de l’Etat.