Un commandant de police propulsé à la tête du Ministère public de la Confédération? Personne n’aurait misé sur ce scénario il y a tout juste un an, lorsque le profil recherché pour succéder à Michael Lauber évoquait un praticien chevronné, doté d’une solide expérience en matière de direction de dossiers sensibles, capable de conduire lui-même une instruction et de porter en jugement certaines affaires symboliques. Et pourtant. C’est l’inattendu Stefan Blättler, le patron des forces de l’ordre bernoises, qui s’apprête à être adoubé le 29 septembre par une Assemblée fédérale visiblement encline à élire un gestionnaire plutôt qu’un magistrat, une sorte de grand directeur plutôt qu’un procureur général, un prudent plutôt qu’un remuant.