Pour Olivier Français, conseiller aux Etats PLR vaudois, et Pierre-Alain Fridez, conseiller national PS jurassien, la question du retour des djihadistes suisses incarcérés dans des prisons du Kurdistan syrien doit être posée. L’un et l’autre sont membres des commissions de politique de sécurité. Ils se sont rendus à Strasbourg auprès du Conseil de l’Europe, où ils ont voté comme la majorité des délégués en faveur du rapatriement des enfants et, au cas par cas, de leurs mères. Mais, en ce qui concerne les djihadistes eux-mêmes, la situation leur semble plus compliquée, notamment parce que les suspects emprisonnés représentent un danger. Une chose est sûre à leurs yeux: les trois détenus suisses retenus dans le Kurdistan syrien doivent être jugés dans de bonnes conditions en Syrie ou, si cela n’est pas possible, en Suisse.

Lire l’article lié: Washington voulait livrer les djihadistes suisses à Berne