MIGRATION

Dans le domaine de l’asile, neuf personnes sur dix recourent à l’aide sociale

Entre les requérants et les personnes admises provisoirement, la part de bénéficiaires d’aides a augmenté de 83% à 88% l’année passée. La hausse concerne surtout les requérants, qui n’ont pas le droit de travailler pendant l’examen de leur demande

Près 9 personnes sur 10 dans le domaine de l’asile sont tributaires de l’aide sociale. Cette proportion a passé de 83,5% en 2014 à 88,5% en 2015, selon une étude de l’Office fédéral de la statistique (OFS) publiée jeudi. La hausse concerne la majorité des cantons.

Près de 24 000 personnes bénéficiaient de l’aide sociale dans le domaine de l’asile au 30 juin 2015. Sur ce total, 13 643 étaient requérants d’asile (57%) et 10 243 des personnes admises provisoirement (43%).

Le taux d’aide sociale varie selon le statut. Ainsi 94,3% des requérants d’asile recourent à l’aide sociale, tandis qu’ils sont 81,8% chez les personnes admises provisoirement et séjournant en Suisse depuis 7 ans au plus.

Hausse chez les requérants

En comparaison avec 2014, on constate surtout une forte hausse (+ 7%) pour les requérants d’asile. Cela pourrait s’expliquer par la hausse du nombre des demandes d’asile, les personnes ayant l’interdiction de travailler pendant la période d’examen de leur requête.

Il y a de fortes variations entre cantons. Celui de Zurich a le taux d’aide sociale des requérants d’asile le plus bas (79,4%) tandis que dans cinq cantons tous les requérants d’asile sont au bénéfice de l’aide sociale (Appenzell Rhodes-Intérieures, Glaris, Nidwald, Jura et Valais). La moyenne suisse s’établit à 94,3%.

Lire aussi: A l’aide sociale ou au travail: le défi suisse face aux réfugiés

Grandes variations pour les personnes admises provisoirement

Le taux d’aide sociale des personnes admises provisoirement le plus bas est observé dans le canton des Grisons (63,2%), le plus élevé, dans celui de Saint-Gall (100%). Dans les cantons romands, ce taux s’établit à près de 99,8% pour Fribourg, 73,4% pour Genève, 77,6% pour Neuchâtel, 84,1% pour Vaud et 90,5% pour le Valais. Pour toute la Suisse, huit personnes provisoirement admises sur 10 touchent l’aide sociale.

La grande majorité des bénéficiaires (82%) a moins de 36 ans et il s’agit pour la plupart de personnes seules (80%). Un bénéficiaire sur deux logeait dans des logements individuels, 45% dans des structures collectives. Pour 94% d’entre eux, l’aide sociale a été l’unique moyen de subsistance (+2 points par rapport à 2014). Dans les cantons du Jura et d’Uri, cette proportion est même de 100%. A l’exception de Bâle-Ville où la part des personnes partiellement assistées s’élève à 15%, tous les autres cantons ont moins de 10% de bénéficiaires qui peuvent compter sur d’autres sources de revenus.

Les coûts par personne restent stables

Les coûts de l’aide sociale par personne en moyenne dans l’asile sont restés stables par rapport à l’année précédente. En moyenne, un bénéficiaire du domaine de l’asile a effectivement perçu 1087 francs par personne en moyenne après déduction d’éventuels revenus.

Comme l’année précédente, ce sont les cantons de Glaris et des Grisons qui ont octroyé un montant moyen net par personne parmi les plus bas (824 et 904 francs par personne en moyenne).

Dans les cantons romands, la somme moyenne octroyée dans le Jura atteint 1005 francs, 1010 à Fribourg, 1029 pour Vaud, 1053 en Valais, 1076 à Genève et 1174 à Neuchâtel.

En Allemagne: Les réfugiés gonflent les rangs à l’aide sociale allemande

Publicité