Elu conseiller national en 2007 grâce à un invraisemblable concours de circonstances, l’UDC jurassien Dominique Baettig a été sèchement recalé le 23 octobre dernier. Fidèle à lui-même, l’élu aux près de 200 interventions écrites en quatre au Conseil national continue de diffuser ses avis par le biais du courrier des lecteurs du «Quotidien jurassien». Il livre cette fois son appréciation de l’élection du Conseil fédéral, parle de «spectacle cynique et sinistre», dénonce «l’humiliation (de l’UDC, ndlr) mise en scène et assénée avec morgue et mépris par les gentils, propres en ordre du politiquement correct, bien-pensants et aseptisés». Et d’ajouter: «S’il y avait, après le printemps arabe, un printemps des forces souverainistes, des petits, des oubliés de la mondialisation, de l’économie de proximité contre le système inique du centre gauche et d’une oligarchie d’en haut, qui vit dans sa bulle.»