Assura demande un changement radical de la législation sur la transplantation d’organes change radicalement. Lors d’une conférence de presse relayée par l’ATS, la caisse maladie a indiqué vouloir lancer une initiative populaire si la situation reste aussi statique en Suisse. Swisstransplant est «inactif», a dénoncé Jean-Paul Diserens.

Se disant motivé par des raisons strictement «philanthropiques» et non financières, l’assureur demande avant tout que la loi doit passer au consentement présumé du don d’organes. D’autres mesures sont préconisées, comme une communication plus moderne ou la création d’un fichier centralisé.