WEF

Donald Trump à Davos: le Forum de toutes les tensions

La venue du président américain, très protectionniste, au Forum consacré à l’ouverture des marchés et des échanges commerciaux surprend les observateurs suisses. Et pose un défi en matière de sécurité

La Suisse ne sera pas le centre des préoccupations de Donald Trump lors de son passage annoncé au Forum économique mondial (WEF) de Davos fin janvier. Homme d’affaires avant d’être un chef d’Etat, le président américain privilégiera les contacts avec les dirigeants économiques, pronostiquent la plupart des observateurs. «Mais il voudra sans doute retrouver une respectabilité internationale», subodore, perplexe, Manuel Tornare (PS/GE), membre de la commission des affaires extérieures (CPE) du Conseil national.

Lire aussi notre éditorial:  Quand Donald Trump vient s’imprégner de l’esprit de Davos

Sa stratégie protectionniste connue sous le label «America First» a été très critiquée à l’étranger. «C’est très bien qu’il vienne l’expliquer et exposer sa vision de l’évolution des relations mondiales devant un auditoire de chefs d’Etat et de leaders économiques plutôt que par des salves de tweets», renchérit Laurent Wehrli (PLR/VD), membre de la même commission.

Notre revue de presse:  La visite de Donald Trump au Forum de Davos «électrise» déjà la Suisse

«Il s’adressera à un milieu qui n’est pas le sien. Le WEF, c’est l’ouverture, le commerce mondial, le multilatéralisme, comme l’a souligné l’an dernier le président chinois Xi Jinping. Ce Forum est à l’opposé de la politique qu’il mène. J’espère qu’il saura écouter et renoncer à faire de la provocation», enchaîne le président de la CPE du Conseil des Etats, Filippo Lombardi (PDC/TI).

Davos 2017:  Xi Jinping donne une leçon de mondialisation

«Il allume des mèches partout, comme il l’a fait avec Jérusalem. Son slogan «America First» ne mène à rien. Il devra écouter les chefs d’Etat qu’il rencontrera», reprend Manuel Tornare. Selon l’ambassadeur des Etats-Unis en Suisse Ed McMullen, interrogé par la RTS, le message de Donald Trump sera: «L’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule. Nous voulons travailler avec nos partenaires.»

Macron, Juncker, Modi

Pour l’heure, les participations du président français Emmanuel Macron, du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du premier ministre indien Narendra Modi ont été confirmées. Mais on s’attend à voir une soixantaine de leaders politiques prendre la route de la station grisonne, transformée pour l’occasion en forteresse alpine.

«La présence de Donald Trump rend le WEF incontournable», analyse Manuel Tornare. «Donald Trump fait partie de ces gens qui donnent du lustre au WEF, qui en font un écrin de politiciens dont on peut se servir pour faire sa publicité», ironise Yves Nidegger (UDC/GE), qui siège également à la CPE du National. La venue du président américain, la première depuis celle de Bill Clinton en 2000, est bonne pour l’image du WEF et de la Suisse, entonnent-ils en chœur.

Lire aussi: Donald Trump face à ses contradictions

C’est aussi une occasion exceptionnelle pour le gouvernement suisse, qui en a parlé lors de sa séance de mercredi. Au terme de celle-ci, le porte-parole André Simonazzi a déclaré que le Conseil fédéral avait «pris acte de la venue du président américain au Forum de Davos» et que le président de la Confédération Alain Berset souhaitait «le rencontrer dans ce cadre; les contacts entre les autorités américaines et suisses ont été établis pour définir le cadre de cette visite». Les détails seront discutés avec les responsables du WEF.

Aborder les sujets qui fâchent

«C’est une excellente opportunité. Il est fondamental qu’Alain Berset puisse rencontrer Donald Trump. La diplomatie est souvent affaire de personnes», fait remarquer Laurent Wehrli. Manuel Tornare espère que cet entretien permettra d’aborder des sujets auxquels la Suisse est attachée, mais qui fâchent, comme le multilatéralisme, l’OMC ou l’Unesco.

Lire aussi:  Les chefs d’Etat du G20 sont automatiquement invités

Si la participation d’Alain Berset au Forum de Davos est acquise, la composition de la délégation suisse reste ouverte. Habituée de ce rendez-vous, Doris Leuthard sera elle aussi présente. Ces dix dernières années, quatre à six conseillers fédéraux ont fait le déplacement dans la localité grisonne. L’année 2015 fait exception: les sept membres du gouvernement ont fait un passage à Davos, Simonetta Sommaruga, alors présidente, s’étant elle aussi rendue aux Grisons.

Si les partis politiques nationaux voient dans l’apparition de Donald Trump à Davos une occasion à saisir, tous n’en sont pas très heureux. Pour le Parti socialiste grison, qui s’est fendu d’un communiqué sévère, «le sexisme, la haine des étrangers, la ségrégation, la négation du changement climatique et la politique économique rétrograde ne sont pas les bienvenus». La question de la sécurité est ainsi posée, car des manifestations sont annoncées par différents milieux de gauche.

9 millions pour la sécurité

Le coût de la sécurité du WEF est estimé à 9 millions de francs. Selon le commandant de la police grisonne Walter Schlegel, les mesures à prévoir seront «semblables à celles qui ont été mises en œuvre pour Xi Jinping en 2017». Des milliers de policiers et de soldats ont été mobilisés l’an dernier. Il est cependant possible que les Américains demandent davantage, car Donald Trump provoque plus de réactions d’hostilité que le président chinois.

Lire également:  La résistance suisse anti-Trump s’organise

Or, le gouvernement américain n’a pas l’habitude de faire les choses à moitié lorsque le président se déplace. En 2000, Bill Clinton avait atterri avec Air Force One à l’aéroport de Zurich et avait rejoint Davos en hélicoptère, escorté par une escouade de jets militaires. En 2016, le vice-président Joe Biden avait effectué le vol Zurich-Davos dans l’un des cinq Black Hawk stationnés sur la base américaine de Wiesbaden, en Allemagne. Le Boeing E-4B présidentiel, surnommé l’«avion de l’apocalypse», hypersophistiqué et ultrasécurisé, était aussi du voyage. On ne serait guère surpris de le revoir sur le tarmac zurichois à la fin du mois. Tout comme la mallette nucléaire, qui ne quitte jamais le président. Comme Bill Clinton en 2000, Donald Trump sera flanqué d’une cohorte de plusieurs centaines d’accompagnants et agents de sécurité.

Publicité