WEF

Donald Trump ravive la flamme altermondialiste

La venue de Donald Trump électrise la gauche alternative suisse. Des groupes hostiles au président américain appellent à faire corps à Zurich contre la venue de celui qu’ils exècrent

Chaque édition du World Economic Forum (WEF) s’accompagne de contre-manifestations. Mais cette année, avec la venue du président américain Donald Trump, les autorités se préparent à voir enfler les rangs des protestataires. L’annonce a fait l’effet d’un électrochoc au sein de la gauche alternative, dont les manifestations anti-WEF étaient presque passées inaperçues ces dernières années.

«Je reçois des mails d’anciens militants PS qui ne pensaient plus descendre dans la rue depuis bien longtemps, mais qui tiennent cette fois à se joindre aux défilés contre Donald Trump», remarque la présidente de la Jeunesse socialiste (Juso), Tamara Funiciello.

Lire aussi: Donald Trump déjà incontournable au WEF

«On ne peut pas exclure des débordements»

La Juso compte s’associer aux jeunes Verts suisses et au parti socialiste des Grisons pour réclamer une autorisation de manifester à Davos le 25 janvier. Le chancelier de la commune Michael Straub dit n’avoir pas reçu de demande formelle. «Jusqu’ici, les manifestations ont été autorisées chaque année, il n’y a pas de raison qu’elles ne le soient pas la semaine prochaine, souligne-t-il toutefois. Le gouvernement de la ville de Davos estime que la population a un droit fondamental à s’exprimer.»

L’organisation Campax prévoit des défilés aux abords de l’aéroport de Zurich pour accueillir le président américain. Quant au défilé anti-WEF prévu sous le slogan «Trump Not Welcome» le 23 janvier à Zurich, il a obtenu le feu vert des autorités. Là aussi, les Jeunes socialistes font partie des organisateurs, aux côtés du Mouvement pour le socialisme, une plateforme regroupant des militants altermondialistes. Avant le jour J, des rencontres, conférences, concerts et projections de films sont programmés au cours du week-end, sous la houlette de l’Alliance révolutionnaire à Zurich et celle du parti de la gauche alternative (Alternative Linke) à Berne.

Manifester pacifiquement

Plusieurs groupes antifascistes, anarchistes, communistes, anticapitalistes ou pro-décroissance invitent leurs sympathisants à rejoindre les bords de la Limmat mardi prochain sous le slogan «Smash WEF». Un appel relayé notamment par la Jeunesse révolutionnaire de Berne (RJG). Une première manifestation anti-WEF a rassemblé un millier de personnes samedi dernier dans la capitale. Une affiche «Kill Trump with his own weapons» a été brandie durant le défilé. La police cantonale bernoise a ouvert une enquête, qui devra déterminer si ce cas constitue un délit. Selon le Code pénal (article 259), appeler publiquement à un crime ou la violence peut conduire à une peine de liberté de trois ans au plus. Hormis cet incident, l’événement s’est déroulé dans le calme.

«Je crois que notre appel à défiler pacifiquement sera entendu, même si on ne peut pas exclure des accès de violence de groupes qui ne sont pas sous notre responsabilité, souligne Tamara Funiciello. Mais la liberté d’expression prime sur la sécurité des fenêtres: ce risque ne doit pas nous priver de notre droit à manifester contre l’accueil par nos autorités d’un chef d’Etat raciste, sexiste et aux tendances fascistes.»

Les anti-WEF prennent la fronde contre Donald Trump à Londres en modèle: une pétition a récolté 1,9 million de signatures contre une visite du président américain, prévue en février dans la capitale britannique et qui a fini par être annulée. En Suisse, la pétition «Trump Not Welcome» lancée par Campax a reçu à ce jour 15 250 signatures.

La chronique de François Nordmann: Le sommet américano-suisse de Davos

Publicité