Les données personnelles des Vaudoises et des Vaudois ne sont pas suffisamment protégées. L’administration cantonale doit s’investir davantage dans leur sécurisation. Et cela «sans délai». C’est le constat sans appel de la Cour des comptes qui, dans un audit publié ce mercredi, pointe différents manquements, «parfois importants», en termes de respect des dispositions de la loi vaudoise sur la protection des données (LPrD), mais aussi de sécurité informatique. «Certaines entités de l’Etat sont très peu au fait de la protection des données, qui est encore trop souvent perçue comme une encouble ou un frein», regrette Valérie Schwaar, la présidente de la Cour des comptes, pour qui «le changement culturel nécessaire n’a pas encore été opéré».