Diplomatie

Doris Leuthard: «Nous avons parlé du trafic de drogue en Albanie» 

Le premier ministre albanais Edi Rama a fait vendredi une visite officielle en Suisse, une première depuis vingt-cinq ans

Au moment même où la Suisse accorde l’asile politique à un ancien policier qui dénonce la collusion entre les trafiquants de drogue et l'Etat albanais, le premier ministre d'Albanie Edi Rama a fait vendredi une visite officielle en Suisse.

«Une visite historique», a déclaré Doris Leuthard, la présidente de la Confédération, lors du point de presse commun tenu au domaine du Lohn, près de Berne. C’est la première fois qu’un premier ministre albanais était reçu en Suisse, vingt-cinq ans après l’établissement de relations diplomatiques entre les deux Etats.

Lire aussi: La Suisse accorde l’asile politique à l’ex-chef de la police antidrogue albanaise

Refus de commenter le cas

«Le Temps» a profité du point de presse pour demander au chef du gouvernement socialiste d’Albanie ce qu’il pensait de la décision de la Suisse d’accorder l’asile à cet ancien policier, désormais persécuté dans son pays, et si la question avait été abordée lors des discussions. «Les journalistes sont les mêmes en Suisse qu’en Albanie, c’est fantastique!» a-t-il répondu avec ironie, en refusant de commenter le cas.

J’ai eu l’impression que le gouvernement albanais prend le problème de corruption très au sérieux et souhaite le réduire.

Doris Leuthard

Prenant alors la parole, la conseillère fédérale Doris Leuthard a complété: «Je peux simplement vous dire que nous avons parlé de la forte présence qu’a le trafic de drogue en Albanie. J’ai eu l’impression que le gouvernement albanais prend le problème de corruption très au sérieux et souhaite le réduire. Mais cela prend du temps et demande du soutien. Sur ce point, nous sommes sur la même longueur d’onde», a ajouté la présidente de la Confédération, assurant son interlocuteur du soutien de la Suisse.

Doris Leuthard et Edi Rama ont signé deux accords, sur la formation professionnelle et la décentralisation, portant sur un montant total de 10 millions de francs. Ils ont exprimé l’intention de continuer à resserrer les liens entre leurs pays, qui n’ont cessé de se développer depuis l’époque communiste. La Suisse compte déjà parmi les principaux Etats donateurs de l’Albanie.

Publicité