subsides

Doris Leuthard réaffirme sa confiance envers la directrice de La Poste

Dans une interview à une chaîne argovienne, la cheffe du Département des communications dit vouloir éviter toute condamnation prématurée dans le cadre de l’affaire de CarPostal

La directrice de La Poste Susanne Ruoff conserve la confiance du Conseil fédéral malgré le scandale comptable qui secoue CarPostal. Il faut d'abord découvrir ce qui s'est passé, puis faire tomber des têtes si des actes pénalement répréhensibles ont été commis.

La conseillère fédérale Doris Leuthard met en garde contre des condamnations prématurées. D'abord, nous devons savoir ce qui s'est passé, qui a ordonné les astuces comptables, qui savait et, dans le cas échéant, qui est responsable; dans un second temps nous parlerons des conséquences, a-t-elle ainsi estimé en substance, lors d'un entretien lundi avec une chaîne de télévision argovienne.

Lire aussi: Affaire CarPostal: la direction et le conseil d’administration de La Poste avaient été avertis

Demande d'une «explication exhaustive»

La ministre, dont le département est en charge notamment de La Poste, a d'ores et déjà exigé une explication exhaustive des événements survenus au sein de CarPostal.

Pour l'heure, il y a beaucoup de suppositions dans cette affaire qui ne sont pas prouvées, a souligné Doris Leuthard. Les spéculations doivent cesser. Et la ministre de noter que même l'information selon laquelle La Poste avait fixé un objectif de rentabilité à sa filiale CarPostal est erronée. Doris Leuthard indique que de telles directives n'ont jamais été énoncées pour le transport régional de personnes.

Des subventions indues

La conseillère fédérale a été, dit-elle, informée en novembre par l'Office fédéral des transports (OFT) d'un problème comptable et d'irrégularités au sein de l'entreprise de transport en commun CarPostal SA. L'ampleur de l'affaire n'était alors pas encore connue: «Nous savions seulement que nous devions intervenir.»

CarPostal a perçu indûment 78,3 millions de francs de subventions fédérales et cantonales entre 2007 et 2015, selon un rapport de l'OFT qui a révélé les irrégularités. La somme pourrait dépasser les 100 millions lorsque toutes les questions auront été élucidées.

L'OFT veut déposer une plainte pénale auprès du Ministère public de la Confédération (MPC). Elle sera formulée de manière très ouverte et dirigée contre inconnu. Ainsi, tous les organes de La Poste peuvent être ciblés.

Notre éditorial: Insolubles conflits d’intérêts à La Poste

Publicité