Politique

Le dossier toujours plus lourd de Yannick Buttet

Le Matin Dimanche publie de nouvelles accusations anonymes contre le Valaisan et affirme que c'est lui qui aurait eu les propos et gestes dénoncés par Céline Amaudruz. La pression augmente sur Yannick Buttet, poussé à démissionner

Yannick Buttet, déjà suspendu vendredi de la vice-présidence du parti dans la foulée des révélations dans Le Temps sur une plainte pour harcèlement déposée contre lui, devrait démissionner de son poste de conseiller national dès que possible. Voilà désormais l'état d'esprit qui règne au PDC, selon la NZZ ce dimanche. Pour le dominical, les dix membres de la présidence qui doivent se retrouver ce lundi adopteront une position unifiée dans l'espoir de le pousser vers la sortie. Ce dont Yannick Buttet ne semble pas vouloir entendre parler pour l'instant. Dans le Sonntagsblick, le président du PDC, Gerhard Pfister, explique lui que «toutes les options sont encore ouvertes». Le journal offre aussi un sondage sur le sujet à ses lecteurs: pour 74% d'entre eux ce dimanche en fin de matinée, le conseiller national doit démissionner.

L'appel de l'UDC Valais romand

L'UDV du Valais romand a aussi pris position ce dimanche, affirmant avoir appris «avec consternation des développements de l’affaire (ou plutôt des affaires) du Conseiller national Yannick Buttet (...)  Jusqu’ici, l’UDCVR est restée sur la réserve, en attendant de pouvoir mesurer l’étendue des faits et si ceux-ci étaient établis.
 Aujourd’hui, pareille réserve n’est plus de mise. Les langues se délient, en Valais comme à Berne. Les accusations concordantes se multiplient. (...) Mais sur le plan politique, l’UDCVR ne voit pas comment le PDC, vic-à-vis des Valaisannes et des Valaisans, va pouvoir continuer à soutenir son élu si celui-ci, comme il l’a annoncé, imagine pouvoir simplement « faire le dos rond » en attendant que la tempête se calme et repartir ensuite comme si de rien était. Une élue fédérale et membre de la direction de son propre parti l’appelle déjà à la démission. L’UDCVR se joint à cet appel».

Nouvelles accusations

Depuis jeudi le Valaisan est aussi mis en cause pour de présumés «gestes déplacés» commis sur des parlementaires. Le Matin Dimanche affirme à ce propos que le parlementaire accusé d'avoir eu des propos et des gestes déplacés contre sa personne par la conseillère nationale genevoise UDC Céline Amaudruz, qui n'avait pas donné de nom, serait bien Yannick Buttet. Les faits se seraient produits au Palais fédéral le 20 septembre, après l'élection d'Ignazio Cassis, à un moment où le maire de Collombey-Muraz était fortement alcoolisé, au point d'être finalement  «raccompagné à la sortie par la police fédérale pour s’assurer qu’il rentre bien dans sa chambre d’hôtel. En réalité, il finira, toujours aussi aviné, par jouer à cache-cache dans un bar bernois sous le regard stupéfait de deux autres parlementaires» écrit Le Matin. Selon Céline Amaudruz à la RTS vendredi, son agresseur avait eu «des gestes vraiment inappropriés et qui vous font vraiment réfléchir à où est-ce-que vous allez, ou si vous osez encore prendre un ascenseur avec des personnes». Dans le Sonntagsblick toujours, ces mots d'une parlementaire: «Après un ou deux verres, il s'approche de toutes les femmes» et encore: «Buttet n'est pas mauvais, mais il a un problème quand il a trop bu».

Le Matin Dimanche a aussi recueilli d’autres témoignages anonymes en Valais, accusant le conseiller national de comportements très inappropriés avec des femmes. «J’ai été plusieurs fois scandalisée par son attitude. Il est cependant très compliqué de parler, parce qu’il est intouchable», explique une femme à qui il aurait mis la main aux fesses à plusieurs reprises.

Notre dossier sur l'affaire Yannick Buttet

Dossier L'affaire Yannick Buttet

Dossier Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Publicité