Valais

Drame de Chamoson: retrouvera-t-on jamais les corps des disparus?

La voiture emportée le 11 août par une lave torrentielle à Chamoson (VS) a été retrouvée dimanche, sans les corps de ses deux occupants. Deux mois après le drame, la question est désormais de savoir si on les retrouvera un jour

«Lorsque nous avons découvert l’épave du véhicule, nous souhaitions bien évidemment retrouver les victimes. Le contrôle minutieux de l’épave devait nous rendre à l’évidence qu’aucune personne ne se trouvait dans celle-ci.» Porte-parole de la police valaisanne, Stève Léger résume le sentiment de frustration et de désolation qui habite certainement les familles des deux disparus du drame de Chamoson et les personnes qui recherchent, depuis deux mois, leurs corps.

Lire aussi: Drame de Chamoson: la voiture a été retrouvée, mais pas les corps

Depuis le 11 août, date à laquelle une lave torrentielle a frappé le village du Valais central, les secours s’attelaient à localiser la voiture emportée par les flots pour, espéraient-ils, retrouver les corps de ses deux occupants. Le véhicule a été sorti du Rhône, dimanche, à quelques encablures de Chamoson, à la hauteur de Leytron. Il était vide. Les corps de la fillette française de 6 ans et du Genevois de 37 ans, domicilié en Valais, demeurent introuvables.

«On s’en remet à la nature»

«On aimerait pouvoir être utile aux familles, en retrouvant les corps, ce qui leur permettrait de faire le deuil plus facilement, concède Claude Crittin, le président de Chamoson. Mais cette utilité, pour le moment, on n’arrive pas à l’avoir.»


En vidéo: Chamoson: comment en est-on arrivé là?


Les recherches, ponctuelles, vont continuer pour tenter de localiser les deux disparus. Mais, désormais, le rôle des secouristes devient presque passif. «On est de retour au point de départ: les victimes sont soit dans le Rhône, soit dans les gravats charriés par la lave torrentielle. On s’en remet à la nature, qui, au fil des semaines, va creuser le lit de la rivière et peut-être mettre au jour les corps, que l’on découvrira lors d’une analyse visuelle de la zone», confie Claude Crittin. En cas de découverte des victimes, le dossier pour «des comparaisons ante mortem» est prêt, souligne Stève Léger.

Des corps retrouvés plusieurs années après leur disparition

Mais deux mois après le drame, et après la découverte du véhicule vide, la question qui se pose est de savoir si l’on retrouvera un jour les deux disparus. Si l’espoir s’amenuise, il n’est pas mort. «Il est possible de retrouver des corps, même après un séjour prolongé dans l’eau, explique Christelle Lardi, médecin adjointe au Centre universitaire romand de médecine légale. Leur état dépend évidemment des événements subis, notamment traumatiques, et du délai post mortem au moment de leur découverte.»

Certaines expériences vécues par la police valaisanne viennent le démontrer. «A plusieurs reprises, des corps ont été retrouvés dans le Rhône ou dans le lac Léman plusieurs années après leur disparition, souligne Stève Léger. Dans ce sens, nous gardons espoir de retrouver les disparus de Chamoson.» Mais le porte-parole de la police valaisanne est conscient qu’il existe la possibilité de ne jamais retrouver les corps: «Des victimes de certains événements comme le drame de Gondo ou la rupture du puits blindé de Bieudron, tous les deux survenus en 2000, n’ont toujours pas été retrouvées.»

Publicité