C’est une affaire décidément singulière. Accusé d’avoir congelé, puis emmuré, la dépouille mortelle de sa femme, l’homme est arrivé à l’épilogue de son procès au guidon de son scooter. Depuis son village du pied du Jura, il a traversé toute la campagne vaudoise jusqu’à la salle cantonale de Renens. Par les petites routes. Malgré ses maux chroniques de dos et ses soucis de surpoids. Il a ensuite attendu le verdict sur un banc, davantage prostré qu’assis, tentant de s’essuyer les larmes de ses mains tremblantes. Une heure plus tard, il ne cachera pas son soulagement.