Le jeune de 15 ans rescapé du suicide collectif de Montreux du 24 mars dernier est hors de danger mais toujours hospitalisé, a indiqué mercredi la police vaudoise. Il a pu être entendu par les enquêteurs, mais n'a actuellement aucun souvenir de la journée du drame.

L'adolescent n'a ainsi pu donner aucune indication sur le déroulement des faits, précise la police cantonale dans son communiqué. Il a été entendu par celle-ci, sur délégation du Tribunal des mineurs, en qualité de «personne amenée à donner des renseignements» (PADR), ajoute-t-elle. Il a en outre été mis au bénéfice d'une tutelle.

Lire aussi: Drame de Montreux: les jumelles étaient issues d’une grande famille algérienne

S'il est désormais considéré hors de danger, après avoir été dans le coma, le jeune de 15 ans reste toujours hospitalisé. Il a été victime de plusieurs fractures, selon la police.Cette dernière a aussi fait le point sur ce drame familial qui a coûté la vie à quatre personnes ayant sauté d'un balcon à plus de 20 mètres du sol au centre-ville de Montreux.

«Au terme de deux mois d'enquête, les résultats des investigations menées vont dans le sens du suicide collectif, hypothèse déjà privilégiée par le procureur et les enquêteurs de la police cantonale», indique-t-elle.

Lire aussi: Drame de Montreux: la piste du suicide collectif est privilégiée par les enquêteurs

Enquête policière terminée

«Les investigations techniques, notamment l'analyse de la téléphonie et des recherches internet ne montrent aucun signe avant-coureur d'un tel passage à l'acte, ce qui a également été confirmé par le fil» ajoute la police. «Les examens pratiqués par les médecins légistes n'ont pas mis en évidence d'autres traces de violence que celles consécutives à la chute d'une hauteur de plus de 20 mètres. Les analyses forensiques, dont les analyses ADN, ne remettent pas en cause la thèse du suicide. Toutefois, le rapport complet de la médecine légale ne sera pas rendu avant plusieurs mois. Les investigations policières sont, elles, maintenant terminées.

Les victimes, de nationalité française, sont un homme de 40 ans, son épouse de 41 ans, la sœur jumelle de celle-ci et la fille du couple, âgée de huit ans. L'enquête laisse supposer qu'elles ont sauté du balcon les unes après les autres dans un intervalle de cinq minutes. La famille française vivait en quasi-autarcie, retirée de la société, et semblait craindre une immixtion de l'autorité dans sa vie. Depuis le début de la pandémie du coronavirus, elle était très intéressée par les thèses complotistes et survivalistes.

Relire: Drame de Montreux: l’appartement était un véritable «bunker»