Survenue quinze jours après l’attaque du World Trade Center à New York, la tuerie de Zoug a considérablement et durablement modifié la vie politique en Suisse. A Berne, le Palais fédéral accueillait généreusement, et sans trop de formalités, les visiteurs. On y entrait quasiment comme dans un moulin. Les élus et élues du peuple, les journalistes, les lobbyistes, les invités se contentaient de saluer les gardes en passant la porte de la vénérable bâtisse en molasse, temple de la démocratie suisse.