Les partis sont d'accord sur le principe d'un réexamen des tâches de la Confédération, mais pas sur les moyens, est-il apparu jeudi et vendredi lors des entretiens de Watteville. La droite voudrait accélérer la cadence des économies dans les assurances sociales.

Les socialistes, comme le Conseil fédéral, ne l'entendent pas de cette oreille, a déclaré vendredi Christian Levrat. A l'issue de sa première participation aux entretiens de Watteville, le nouveau président du PS a expliqué que la dissension majeure portait sur le social. Le PDC et le PRD voudraient voir la totalité de la réforme réalisée d'ici à 2015. Cela signifie que, d'ici à cette date, il faudrait réduire de 5,3 milliards, dont 3 pour les assurances sociales, les dépenses inscrites au plan financier.

En un temps record

Le Conseil fédéral a lui proposé un délai plus long pour les coupes dans l'AVS. Les 3 milliards en question devraient être «économisés» d'ici à 2020. D'après Christian Levrat, raccourcir ce terme est irréaliste: il faudrait mettre sous toit la 12e révision de l'AVS, qui sera mise en chantier l'an prochain, en un temps record. «Il y a des doutes» que cela soit possible d'ici à 2015, a-t-il lâché. Les pressions s'annoncent cependant fortes, car il est probable que l'UDC, qui ne participe plus aux entretiens de Watteville en raison de sa politique d'opposition, soutienne le PRD et le PDC sur cette question.

Autre pierre d'achoppement, l'aide au développement. La Confédération, soutenue par le PS, envisage pour ce secteur un taux de croissance de 3,3%. PRD et PDC voudraient l'aligner sur le renchérissement, soit environ 1,5%, car ils jugent que les critères de concentration et d'efficacité ne sont pas remplis. La réforme des tâches de l'Etat est actuellement en consultation dans les départements. Elle sera mise en consultation ouverte cet automne.