Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Selfie du soir pour Isabelle Chevalley, Jacques Nicolet et Jacqueline de Quattro.
© LAURENT GILLIERON

élection

La droite vaudoise se veut offensive en lançant deux candidats

L'UDC et le PLR endossent la candidature de la Vert'libérale Isabelle Chevalley aux côtés de Jacques Nicolet. Pour mieux mobiliser l'électorat PLR, la droite attaque ainsi, non sans risque, le siège PS vacant et celui de Béatrice Métraux

Face à la perspective que les électeurs PLR vaudois profitent du soleil le dimanche 21 mai – leurs trois ministres ayant déjà été réélus au Conseil d’Etat –, les stratèges des partis ont choisi, dans leurs délibérations lundi soir, la méthode de l’électrochoc. L’UDC Jacques Nicolet et la Vert’libérale Isabelle Chevalley seront dans la course pour le second tour à l’élection au Conseil d’Etat. La droite a réussi lundi soir à réunir ses forces en vue du 21 mai, dans l’espoir de reconquérir la majorité. Les trois partis ont avalisé cette liste commune, non sans quelques réticences.

Lire aussi: Elections vaudoises: cinq réélections et trois surprises

Selon Frédéric Borloz, un seul choix possible

Lors du congrès PLR à Yverdon-les-Bains, le président Frédéric Borloz a martelé qu’il n’y avait qu’un seul choix à opérer si la droite voulait gagner le 21 mai: un ticket UDC-Vert’libéraux. L’assemblée des délégués a plébiscité cette proposition, avec seulement deux oppositions et trois abstentions, sur 274 délégués présents.

«On n’arrivera pas tout seul. On ne peut pas se permettre une attaque frontale contre l’UDC», a souligné le président du parti. Avec «cette nouvelle dynamique», on pourra trouver les 10 000 voix qui manquent pour gagner le siège et reprendre le pouvoir.

Des UDC craignent de «passer pour des guignols»

La nouvelle du vote du PLR a aussitôt été transmise aux UDC qui étaient réunis à Bussigny. Malgré quelques réticences, le parti a accepté de s’allier avec les Vert’libéraux. Plusieurs délégués ont fait part cependant de leurs doutes, craignant de «se renier» et de «passer pour des guignols». En décembre, ils avaient en effet clairement refusé une telle alliance.

Au final, le vote a quand même été massif. L’assemblée UDC a dit «oui» par 110 voix contre 2 et 17 abstentions. Le candidat et conseiller national Jacques Nicolet a pesé de tout son poids dans la balance. «La solution ne doit pas être plaisante, mais efficace. On veut une stratégie gagnante» qui mobilise l’électorat PLR, ce qui ne serait pas le cas s’il n’y a qu’un UDC dans la course.

A ce propos: L’issue du second tour vaudois dépend de la mobilisation PLR

Le retour d’Isabelle Chevalley

Derniers à s’exprimer, les Vert’libéraux ont mené un débat nourri et ont finalement dit oui par 30 voix contre 16. La conseillère nationale Isabelle Chevalley rejoint ainsi l’UDC Jacques Nicolet. «Cela fait 15 ans que je fais de la politique. Le Conseil d’Etat est un 'challenge' qui m’intéresse. On doit faire avancer nos idées. On s’allie avec l’UDC vaudoise, pas avec Roger Köppel [conseiller national zurichois et patron de la Weltwoche, figure d’une ligne dure du parti]», a lancé Isabelle Chevalley.

Un affaiblissement de la droite?

Selon le président vert’libéral François Pointet, «on est en train de créer une nouvelle droite dans le canton de Vaud». «On vous tend la main. Vous avez besoin de nous comme nous avons besoin de vous», a relevé Philippe Jobin, chef de groupe UDC.

Toutefois, l’adjonction d’Isabelle Chevalley dans la course au Conseil d’Etat chamboule les pronostics. La droite attaque désormais à la fois le siège de Béatrice Métraux, écologiste sortante non réélue avec 48% des voix, et le septième siège, laissé vacant, qui relève jusqu’ici du PS. En réalité, ce double ticket de droite pourrait affaiblir la postulation de Jacques Nicolet, déjà donné en ballottage défavorable face à la socialiste Cesla Amarrelle.

La gauche confirme son ticket

A gauche, les socialistes et les Verts présentent une liste commune avec Cesla Amarelle et Béatrice Métraux. «Avec leur élection, le canton de Vaud poursuivrait sur la voie du fameux compromis dynamique qui fait son succès», écrivent lundi les deux partis dans un communiqué.

Toto Morand et Sylvie Villa dans la course

La gauche de la gauche ne lance pas de candidat, alors que l’Alliance du Centre propose Sylvie Villa. L’indépendant Toto Morand a décidé de rester dans la course au second tour.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a