«Le Conseil d’Etat ne punit pas les lanceurs d’alerte!» Président du gouvernement valaisan, Roberto Schmidt semble obligé de confirmer, fin août dans Le Nouvelliste, que les employés d’Etat qui dénoncent des anomalies au sein de l’administration cantonale n’encourent aucun risque. Depuis plusieurs années les affaires se multiplient dans le canton, ébranlant les autorités. A la base de plusieurs de ces révélations, des lanceurs d’alerte qui dénoncent des dysfonctionnements.