Les eaux grises se sont imposées

«Il aura fallu vingt ans pour passer des cas isolés d’habitat écologique qu’on connaissait en 2015 à la consécration nationale de ce tournant. Les Suisses viennent de voter, en septembre 2035, pour l’introduction obligatoire d’un réseau d’eaux non traitées, les eaux grises comme on les appelle.

Ces eaux non traitées doivent desservir l’ensemble des installations sanitaires de tous types d’habitation, des villas aux bâtiments publics.

Il est loin le temps où l’utilisation des eaux grises était décriée comme une aberration économique sans grand intérêt écologique.

Grâce à cette mesure, notamment, le pourcentage d’eau pluviale utilisée pour la production d’eau potable est resté stable (2%), alors que la population a augmenté de plus de 20%. La politique de remise à ciel ouvert de cours d’eau oubliés a généré de nouveaux réservoirs susceptibles de préserver les nappes phréatiques. La Suisse mérite plus que jamais sa réputation de château d’eau de l’Europe.»