Le projet d’union entre démocrates chrétiens et bourgeois démocrates a échoué, annonce le PDC vendredi dans un communiqué. «L’opposition était visiblement trop forte au sein du PBD», résume le PDC, qui regrette cette décision et maintient qu’une «collaboration entre les partis du centre politique reste nécessaire».

Le projet d’union visait à créer un groupe parlementaire commun aux deux formations. Or, «la consultation interne du PBD a conclu qu’un tel projet ne remporterait pas une majorité suffisante au sein du PBD», poursuit le communiqué du PDC.

Pour le PDC, une union «aurait renforcé la collaboration entre les partis du centre, une collaboration indispensable pour la stabilité et la résolution des problèmes au sein de la politique suisse» Mais à l’échelon cantonal, «la collaboration entre les deux partis a pu être intensifiée en vue des élections nationales», se console le PDC.

Pour le président du PDC, Christophe Darbellay, une collaboration entre les deux partis doit permettre de dépolariser la politique suisse. «Une union à l’échelon national aurait certainement accéléré ce processus. Mais pour l’heure, cette étape était visiblement trop importante pour de nombreuses sections cantonales du PBD. Comme convenu, les deux partis analyseront les résultats de la collaboration après les élections de 2015, avant de décider de la suite à donner à celle-ci», précise le Valaisan.

Les tentatives de rapprochement entre des deux formations sont un thème récurrent depuis 2009, un an seulement après la fondation du PBD suisse, décidée à la suite de l’élection d’Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral.

Il a été question un temps de fusion, un temps de groupe parlementaire commun aux Chambres fédérales, mais toutes ces pistes ont été abandonnées, au motif de résistances internes des uns comme des autres.