Le conseil des écoles polytechniques a décidé, lors de sa dernière séance, de demander au Conseil fédéral de limiter l’accès des étudiants étrangers, révèle la Schweiz am Sonntag.

Un quota devrait être possible lorsque les capacités de l’université atteignent leurs limites. Dorénavant, cela devrait être possible pour les nouveaux étudiants. Jusqu’ici, les écoles polytechniques pouvaient agir sur le nombre d’étrangers pour les classes supérieures. Mais ce sont les nouveaux étudiants qui posent des problèmes de capacités aux hautes écoles.

En Suisse, la part d’étrangers aux universités atteint 29%, et même 52% à l’EPFL. «Avec 10 000 étudiants, les limites du campus ont été atteintes», a indiqué Patrick Aebischer, président de l’EPFL.

Il salue la proposition du conseil des EPF faite au Département de l’économie. «Nous ne voulons pas aller au-delà des 10 000», a-t-il ajouté. La croissance des étudiants étrangers est le fruit de la réforme de Bologne, de la démographie et de l’attrait des universités suisses. Seule l’université de Saint-Gall a introduit un quota d’étrangers. Il est placé à 25%.

Rien n’est toutefois décidé. La mise en oeuvre d’un numerus clausus ne devrait pas intervenir avant 2017, au plus tôt, selon le journal dominical.