Maires élus sans passer par les urnes. Morcelé en 83 communes (pour moins de 70000 habitants), le Jura peine à convaincre les bonnes volontés de se mettre au service des collectivités locales, souvent dépourvues de marge de manœuvre. Dans 60 communes, le maire est élu sans adversaire et sans passer par les urnes. Réélection tacite du sortant dans 49 localités. Ce n'est ni plus ni moins que par le passé: 62 maires désignés sans adversaires en 2000, 60 en 1996 et en 1992.

Pas de candidats dans neuf communes. C'est une tradition dans les Franches- Montagnes, les candidats à la mairie ne s'annoncent pas. C'est le cas cette année dans six villages du Haut-Plateau, ainsi qu'à Movelier, Montenol et Courtemaîche. Les électeurs peuvent voter pour n'importe quel citoyen de la commune.

Gros enjeux dans quatorze localités. En plus de Delémont, des élections à la mairie ont lieu dans 13 autres communes. A Porrentruy où le PDC Hubert Theurillat s'en va après deux mandats, quatre candidats sont en course: le démocrate-chrétien Gérard Guenat, le libéral-radical François Valley, le socialiste François Laville et le chrétien-social Thomas Schaffter. Le pronostic est difficile. Aux Breuleux, les radicaux cèdent la mairie sans combattre, laissant des candidats socialiste (Agnès Bourquard) et PDC (Etienne Taillard) se la disputer. Avantage PDC. A Bassecourt, troisième localité du canton (3300 habitants), la sortante chrétienne-sociale Françoise Cattin est combattue par le démocrate-chrétien Eric Dobler. Duel très incertain, comme à Courroux, fief de gauche que doit défendre le socialiste Patrice Kamber, opposé au radical Yann Barth. A Develier, Undervelier et Fahy, les maires en place sont contestés. Luttes ouvertes à Courfaivre, Vicques, Rossemaison, Miécourt, Bonfol et Saint-Brais.

Offensive de l'UDC. Peu présente dans le Jura, même si elle a doublé sa représentation au parlement en 2002, passant de 1 à 2 députés (sur 60), l'UDC entend progresser lors des communales. Les maires sortants UDC de Soulce (René Schaffter) et de Bourrignon (Roland Koller) sont réélus tacitement.

A Miécourt et à Courfaivre, des candidats agrariens convoitent la mairie. A Porrentruy, l'UDC n'a trouvé que trois prétendants au législatif et deux à l'exécutif, sans grand espoir de percer. A Bassecourt par contre, le parti agrarien lance quatre candidats à l'exécutif et neuf au législatif. A Delémont, où elle n'avait aucun élu, l'UDC espère entrer à l'exécutif et, surtout, au législatif, avec pour tête de liste le député Philippe Rottet.