En France voisine, les équipes qui dirigeront les communes pendant les six ans à venir sont connues depuis dimanche soir. A l'instar du premier tour, l'élection de dimanche a été plutôt favorable aux sortants. Voici un rapide tour d'horizon des principales villes proches de la Suisse romande.

Belfort: Jean-Pierre Chevènement a récupéré le fauteuil de maire, cédé en 1997 à son premier adjoint, pour entrer au gouvernement. L'ancien ministre de l'Intérieur et président du Mouvement des citoyens a obtenu 55% de voix. Son adversaire, Christophe Grudler (RPR), 45%.

Besançon: Le député socialiste Jean-Louis Fousseret est le nouveau maire de la capitale franc-comtoise. Il succède au divers gauche Robert Schwint qui ne se représentait pas. Grâce à une fusion avec la liste des Verts qui avait obtenu au premier tour 16% des suffrages, le candidat de la gauche plurielle remporte l'élection avec 55,3% des votes contre 44,7% pour le RPR Jean Rosselet.

Ferney-Voltaire: Georges Vianès a perdu le fauteuil de maire qu'il occupait depuis 1995. Crédité de 48,5% des voix, le socialiste s'est incliné devant le divers droite Pierre-Etienne Duty. Le nouveau maire a bénéficié du retrait, entre les deux tours, de la liste menée par François Meylan.

Saint-Genis-Pouilly: En tête à l'issue du premier tour, Hubert Bertrand a, dans une triangulaire, décroché l'écharpe de maire. Avec 48,7% des suffrages, le socialiste devance les divers droite Marcel Hayotte (39%) et Maurice Mugnier (12,3%).

Annecy: Bernard Bosson a été reconduit pour un quatrième mandat consécutif. Ne totalisant que 37,9% des voix, le socialiste Jean Excoffier n'a pas pu détrôner l'ancien ministre UDF de l'aménagement. Et cela malgré le maintien au second tour du divers droite Jean-Yves Tanguy.

Annecy-le-Vieux: Au premier tour, les trois candidats n'avaient pas pu se départager. Finalement, c'est le député RPR Bernard Accoyer qui obtient la majorité (52%) devant ses deux adversaires.

Thonon-les-Bains: Malgré une fusion avec les Verts-communistes et le centre gauche, le socialiste Georges Constantin n'a pas empêché le maire sortant Jean Denais de remporter l'élection avec 54,4% des votes. Le candidat de la droite briguait un second mandat.