Rarement élections municipales genevoises auront été aussi ouvertes. Lundi, les noms des candidats soumis au vote le 15 mars prochain dans les 45 communes du canton ont été définitivement déposés et seront connus jeudi. Mais à trois mois du scrutin, c’est la bouteille à l’encre.

Selon toute vraisemblance, la vague verte devrait se confirmer, ce qui rebattrait les cartes. D’autant plus que les autres partis sont à la peine, pour des raisons diverses. A gauche, le Parti socialiste a perdu des plumes aux élections fédérales, cannibalisé par les Verts. Pour ne rien arranger, il est rongé par une guerre de clans. Ensemble à gauche souffre, comme à l’accoutumée, de ses éternelles querelles. Le mouvement part au combat en ordre dispersé, avec SolidaritéS d’un côté et le Parti du travail de l’autre. Ses chances d’atteindre le quorum n’en sont que plus minces, même si pas impossibles.