La pénurie d’électricité guette la Suisse cet hiver, a prévenu le Conseil fédéral. Faudra-t-il se passer de lumière, de cuisinière, d’internet et de télévision quelques heures par jour, comme l’envisage le scénario le plus pessimiste? Le débat enflamme les esprits, au parlement comme au café du Commerce, mais les données fines à disposition sont rares. Dans ces conditions, comment les autorités peuvent-elles s’assurer que les mesures volontaires préconisées déboucheront bien sur une «utilisation efficace et prudente de l’électricité»? Et surtout comment définir les économies à réaliser prioritairement?