Chantage au gaz russe, problèmes techniques de centrales nucléaires françaises, canicule qui freine le remplissage des lacs de production d’électricité, hypothétique froid hivernal qui inciterait à davantage chauffer: les facteurs s’additionnent et la Suisse pourrait bien manquer de courant électrique et de gaz dès cet automne. Les incertitudes pesant sur l’approvisionnement, évoquées depuis des mois, ne faiblissent pas. L’administration fédérale et la branche énergétique ont donc répété mercredi leur message de prudence, lors d’une conférence de presse réunissant pas moins d’une dizaine de hauts fonctionnaires et de cadres du secteur. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: le gaz représente environ 15% de l’énergie avalée annuellement, l’électricité 25%.