Agriculture 

Les élevages de volailles ont la cote tandis que le cheptel ovin décline

Entre 2007 et 2017, les élevages de volailles ont connu une hausse de 40% en Suisse, tandis que le cheptel de moutons a, lui, diminué d'un tiers dans le même laps de temps

Le succès du poulet ne se dément pas: les élevages de volailles ont franchi en 2017 la barre des 11 millions de têtes. Les autres animaux de rente sont eux en recul. La progression des poules et poulets d’élevage s’est établie à 3,5%, pour atteindre près de 11,3 millions de volatiles, a indiqué ce mardi l’Office fédéral de la statistique (OFS). Par rapport à 2007, cela représente une hausse de 40%.

Lire aussi: Prise de bec autour d’un projet de poulailler géant dans l’Ain

L’élevage de veaux, relativement stable depuis 10 ans, a diminué de 2,3% par rapport à 2016, pour atteindre 1,52 million de têtes de bétail. Dans le secteur du porc, les producteurs enregistrent une baisse de 8% depuis 2007. En 2017, il y en avait encore 1,45 million.

Le plus gros recul concerne l’élevage ovin. L’an dernier, le recul a atteint 8,2%. Selon l’OFS, il y avait l’an dernier quelque 311 000 moutons dans les campagnes, soit près d’un tiers de moins que dix ans auparavant. Le cheptel de chèvres a diminué dans le même laps de temps de 14%, à 73 500. Pour les chevaux, la baisse se chiffre à 6% (54 300).

Publicité