A un an des élections fédérales, de nombreux parlementaires s’interrogent: quelle sera leur vie après 2023? Certains ne peuvent ou ne veulent plus se représenter, d’autres risquent de mordre la poussière. La question devient incontournable parce que les élus sont de plus en plus jeunes et que les partis limitent davantage la durée des mandats. Sans oublier les victimes de vestes électorales. En 2019, 29 conseillers nationaux et trois conseillers aux Etats n’avaient pas été réélus.